30/09 > Fair Fashion Day – Journée de la mode éthique

Créée en 2012, la Plateforme du Commerce Équitable en Province de Luxembourg s’est fixé pour objectif de défendre, promouvoir et développer le commerce équitable sur son territoire. Les actions qu’elle a menées jusqu’à présent ont mis en avant l’importance d’opter pour une consommation responsable, respectueuse du producteur, du consommateur et de l’environnement, principalement dans le domaine alimentaire.

En 2017, la Plateforme a décidé de concentrer ses réflexions sur un autre bien de consommation dont on soulève davantage le voile depuis l’accident du Rana Plaza au Bangladesh en mai 2013 et dont la filière est loin d’être propre : la filière textile.
Selon une étude d’Oxfam-Magasins du monde datée de 2015*, l’industrie de la mode – textile, habillement, chaussure et luxe – représenterait aujourd’hui un chiffre d’affaires de plus de 3 trillions de dollars dans le monde ! Elle serait aussi l’une des plus rentables au monde. En même temps, c’est un secteur où l’on trouve de multiples formes d’exploitation : humaine, sociale, environnementale.

Avec pour objectif de conscientiser un maximum de consommateurs, la Plateforme du Commerce Équitable propose la Fair Fashion Day, une journée-événement sur la mode éthique lors de la Lux Fashion Week 2017 le samedi 30 septembre à Arlon (titrée Commune du Commerce Équitable). Cette journée sera l’occasion de découvrir comment s’habiller responsable de façon créative et ludique: moments de rencontres avec des créateurs d’up cycling (à partir de tissus et vêtements recyclés), ateliers participatifs de savoir-faire (bijoux, accessoires, vêtements) pour enfants, ados et adultes, découverte de filières textiles locales et naturelles (chanvre, laine…), stands d’expositions, défilés, espaces boutiques, projection de films, etc.
La journée, gratuite et ouverte à tous, se déroulera de 14 à 20h au Palais, place Léopold à Arlon.
Plus d’information : info@luxembourgequitable.be et www.luxembourgequitable.be

QU’ENTEND-ON PAR VETEMENT ETHIQUE ?

Pour être éthique, un vêtement (ou accessoire de mode) doit répondre à un ensemble de critères environnementaux et sociaux qui sont inhérents au développement durable et à la responsabilité sociale des entreprises, notamment :
• Il est confectionné à partir de coton ou autre fibre naturelle cultivé biologiquement ou issu de culture intégrée (utilisation limitée de produits chimiques, pas de pesticides reconnus dangereux);
• Il est confectionné à partir de fibres locales ou est issu de la filière équitable (ex : coton, laine, chanvre, lin, fibre d’ortie …) ;
• Pour les étapes de transformation textile (filage, teinture, blanchiment), l’utilisation de substances nocives est limitée, la consommation en eau réduite ;
• Il est fabriqué dans des conditions de travail décentes et de sécurité satisfaisante (pas d’exploitation des enfants, salaire minimum garanti, liberté syndicale, etc.) sur l’entièreté de la chaine, aussi bien sur la dernière étape (confection) qu’au sein des étapes intermédiaires (production de coton, filage, tissage, teinture, etc) ;
• Il est produit dans des ateliers ou des coopératives de pays en développement, contribuant à l’amélioration des conditions de vie sur place ;
• Les étapes de sa production (culture des matières premières, transformation textile, confection en vêtement) sont réduites pour plus de traçabilité;
• C’est un vêtement de qualité, qui dure (résistance au rétrécissement au lavage, solidité des couleurs…) ;
• Sa confection recourt à un savoir-faire artisanal ;
• Il s’agit d’un vêtement de seconde main acheté dans une friperie ou auprès d’un particulier, ce qui permet de donner une seconde vie à des articles en bon état et de limiter le gaspillage de nouvelles ressources naturelles ;
• On peut le customiser, ce qui favorise la créativité, en réapprenant à coudre par exemple
• Il est fabriqué à partir de fibres recyclées ;
• Une partie du chiffre d’affaires de l’entreprise qui l’a produit ou qui le vend est versé à des projets solidaires.